Espace de la Profession Infirmière et des étudiants en Soins Infirmiers
Bienvenue sur ce forum d'échange, d'entraide et de partage des connaissances et des expériences;

Mission : diffusion d'information pour la profession infirmière, les étudiants infirmiers et les candidats aux concours d'admission aux IFCS

Pour participer à la vie du forum, Merci de vous inscrire!







Espace de la Profession Infirmière et des étudiants en Soins Infirmiers
 
AccueilS'enregistrerCalendrierConnexionSuivez nous sur Facebook
Partager le Site
Humour Médical
Sondage
Quel est ton age?
+ de 50 ans
6%
 6% [ 152 ]
40 à 50 ans
9%
 9% [ 210 ]
30 à 40 ans
11%
 11% [ 257 ]
25 à 30 ans
16%
 16% [ 390 ]
20 à 25 ans
39%
 39% [ 959 ]
16 à 20 ans
16%
 16% [ 386 ]
- de 16 ans
4%
 4% [ 90 ]
Total des votes : 2444
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 23 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 23 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 152 le Sam 2 Aoû 2014 - 8:26
Derniers sujets
» Des offres de chantiers humanitaires en 2018 au Togo
Hier à 6:14 par hicahumanitaire

» OFFRE DE STAGE INFIRMIER ET EN MÉDECINE AU TOGO AVEC JASF-TOGO
Dim 19 Nov 2017 - 12:53 par jasf.asso

» DEMANDE DE DON POUR LA CONSTRUCTION D’UN WC PUBLIQUE
Dim 19 Nov 2017 - 12:51 par jasf.asso

» CONSTRUCTION DE BATIMENTS SCOLAIRES POUR LES ENFANTS 2017-2018
Dim 19 Nov 2017 - 12:50 par jasf.asso

» MISSIONS HUMANITAIRES DE SOLIDARITE INTERNATIONALE 2017-2018
Dim 19 Nov 2017 - 12:49 par jasf.asso

» STAGE INFIRMIER ET EN MÉDECINE AU TOGO AVEC JASF-TOGO
Dim 19 Nov 2017 - 12:47 par jasf.asso

» OFFRE DE STAGE ET MISSION DE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE A L'ÉTRANGER
Dim 19 Nov 2017 - 12:45 par jasf.asso

» CREDIBLE PROJET DE VOYAGE SOLIDAIRE ETE 2018:APPEL A CANDIDATURE!!
Dim 19 Nov 2017 - 12:36 par jasf.asso

» MISSION HUMANITAIRE / CHANTIERS DE SOLIDARITE INTERNATIONALE / STAGES EN AFRIQUE 2018
Dim 19 Nov 2017 - 12:30 par jasf.asso

» STAGE HUMANITAIRE/VOLONTARIAT SANTE-EDUCATION-BTP-ENVIRONNEMENT 2018
Dim 19 Nov 2017 - 12:28 par jasf.asso

»  CHOISISSEZ VOTRE DESTINATION POUR 2018
Dim 19 Nov 2017 - 12:25 par jasf.asso

» OFFRE DE STAGES CONVENTIONNE ET MISSIONS DE VOLONTARIAT 2018
Dim 19 Nov 2017 - 12:24 par jasf.asso

»  CHANTIERS HUMANITAIRES, VOYAGES SOLIDAIRES, VOLONTARIAT ET BENEVOLAT
Dim 19 Nov 2017 - 12:22 par jasf.asso

» CAMPS CHANTIERV DE SOUTIEN SCOLAIRE 2018/SENSI
Lun 6 Nov 2017 - 10:39 par assojv

» CAMPS CHANTIERV DE SOUTIEN SCOLAIRE 2018/SENSI
Lun 6 Nov 2017 - 10:35 par assojv

» CAMPS CHANTIERV DE SOUTIEN SCOLAIRE 2018/SENSI
Lun 6 Nov 2017 - 10:25 par assojv

»  Re: Exclusif sur notre Forum : L'Encyclopédie Infirmière V 1.0
Jeu 26 Oct 2017 - 6:41 par EL KHALIFA

» serial pour activer l'encyclopédie infirmier
Jeu 26 Oct 2017 - 6:32 par EL KHALIFA

» Thèmes de mémoire : Partager les idées
Mar 24 Oct 2017 - 13:45 par rajae noor

» VOYAGE HUMANITAIRE/OFFRE DE STAGE/MISSION HUMANITAIRE DE SOLIDARITE 2017-2018 AU TOGO
Mer 18 Oct 2017 - 21:26 par ajdepe

Sujets les plus actifs
LE JEU DE MOT - [ SYNONYMES ]
Exclusif sur notre Forum : L'Encyclopédie Infirmière V 1.0
des qst concernat le concours de recrutement
Jouer avec les lettres
avis sur le concour de recrutemnt
LES STATISTIQUES HOSPITALIERES
Thèmes de mémoire : Partager les idées
NOUVELLES QUESTIONS
svp on peut travailler ensemble le concours d'etat 2011
reponces de ces question
Sujets les plus vus
Examen d’aptitude professionnelle pour l’accès au grade d’infirmier diplômé d’Etat premier grade (Echelle 10)
épreuve du concours chu rabat
des qst concernat le concours de recrutement
Exclusif sur notre Forum : L'Encyclopédie Infirmière V 1.0
Anatomie et physiologie de l'appareil locomoteur
Collection de Cours de soins infirmiers en chirurgie
Thèmes de mémoire : Partager les idées
Anatomie de l'appareil digestif
Quelques schéma anatomique (1)
Comment peut-on avoir une Fille ou un Garçon ?

Partagez | 
 

 Hygiène hospitalière et infections nosocomiales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
scofild
Membre
Membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 69
Réputation : 1

MessageSujet: Hygiène hospitalière et infections nosocomiales   Mar 20 Oct 2009 - 12:31

1.1) Les infections nosocomiales


Définition


Une infection est dite « nosocomiale » lorsqu’elle est acquise dans un établissement de soins et qu’elle apparaît après un délai de 48 heures après l’admission. Pour les infections du site opératoire, on considère comme nosocomiales les infections survenues dans les 30 jours suivant l’intervention, ou, s’il y’a mise en place d’une prothèse ou d’un implant, dans l’année qui suit l’intervention.



Modes de transmission


L’hôpital et la clinique abritent de nombreuses sources de germes (agents infectieux tels que les virus et les bactéries, les champignons et les prions) : la principale source de contamination est la flore résidente du patient, le personnel joue un rôle de vecteur de transmission. Plus rarement, le matériel et l’environnement aérien ou hydrique peuvent être des sources de contamination nosocomiale.

les infections " endogènes " :

Le patient est infecté par ces propres germes au cours de certains soins (actes chirurgicaux, sondage urinaire, respiration artificielle,…). On parle alors d’auto-infection.

les infections " exogènes " :

Le patient est infecté par des germes provenant d’autres personnes (personnel soignant, autre malade, visiteur) ou de l’environnement. On parle d’infection croisée.

Les infections ont donc le plus souvent une origine " endogène " qu’" exogène ".


Facteurs de risque


Par définition, un facteur de risque agit en augmentant l’incidence de la maladie chez des sujets qui y sont exposés, mais on parle aussi de facteur lorsque l’incidence diminue avec la baisse de l’exposition. Cette notion est très importante dans la mesure où la maîtrise de l ’exposition devrait permettre de baisser l’incidence de la maladie. Les facteurs de risques se classent en facteurs intrinsèques et en facteurs extrinsèques.

Les facteurs intrinsèques : ils ne sont pas tous maîtrisables.
les âges extrêmes de la vie.
le sexe : l’infection urinaire est plus fréquente chez les femmes.
la durée de séjour qui augmente l’incidence des infections.
le poids de naissance chez les prématurés : un poids inférieur à 1kg double l’incidence des infections sur les cathéters des nouveaux nés ventilés
l’intervention chirurgicale mais surtout la spécialité de chirurgie

Les facteurs extrinsèques : Toutes les prothèses, comme les sondes urinaires, les cathéters vasculaires, les drains, les sondes digestives… L’infection est favorisée par :
la durée de maintien en place des prothèses et leurs manipulations
l’utilisation mal maîtrisée des antibiotiques : parmi les bactéries responsables d’infections dans les hôpitaux français, la proportion de souches multirésistantes est parmi les plus élevées d’Europe (35% de l’ensemble des staphylocoques, qui sont des germes très fréquents, isolés à l’hôpital sont par exemple résistants à la méthicilline, source : CNR des Staphylocoques, Institut Pasteur). Cette situation peut être expliquée par le retard d’application de stratégie de prescription des antibiotiques en ville et à l’hôpital.
les actes invasifs autres que la chirurgie, comme l’endoscopie.


Principaux germes en cause


Les principaux germes en cause sont les bactéries, les virus, les champignons et les prions. Parmi les agents responsables d’infections nosocomiales, les bactéries viennent en tête, encore qu’il faille considérer que les virus ont une place importante en particulier dans certaines spécialités comme la pédiatrie.

Les bactéries :

Nous devons constater que l’importance relative des bactéries responsables d’infections nosocomiales varie selon les sites d’infections.
Staphylocoque aureus est surtout retrouvé dans les infections nosocomiales sur cathéter, les pneumonies, et dans les infections du site opératoire.
Eschérichia coli est « le germe » de l’infection urinaire. Il est aussi retrouvé dans les bactériémies.
Pseudomonas aeruginusa est responsable de nombreuses pneumonies.
La légionella est une bactérie que l’on retrouve fréquemment dans les cours d’eau naturels, dans les étangs et dans les mares. A coté de la résistance naturelle, le problème crucial est la résistance acquise aux antibiotiques des bactéries nosocomiales. Actuellement, en France, le pourcentage de souches résistantes à la méticilline est très préoccupant car voisin de 30%, ce qui est nettement supérieur à celle observée chez plusieurs voisins européens comme le Danemark qui n’observe que 1% de souches résistantes à la méticilline.

Les virus :

Les infections nosocomiales d’origine virale se rencontrent surtout chez :
les enfants avec les infections a Rota virus et à Virus Syncitial Respiratoire.
les personnes âgées avec le virus de la grippe, les virus responsables de conjonctivites, de rhino-pharyngites…
les immunodéprimés




Coûts économiques, sociaux et psychologiques


Le drame humain, s’accompagne d’un gouffre financier : pour l’année 1997, le coût direct global des infections nosocomiales (dépenses de santé) a été estimé à 1 milliards d’euros, le coût indirect (arrêt de travail, incapacité, etc.…) à 3 milliards d’euros. En comparaison, le budget total des cliniques et établissements de soins privés, s’est élevé en France en l’an 2000 à 7 milliards d’euros.

Les études micro-économiques de calcul montrent que les infections nosocomiales sont non seulement responsables :

de l’augmentation de la mortalité et de la morbidité
de la durée moyenne de séjour (variable selon le site de l’infection)
du coût du traitement de la maladie causale
de conséquences sociales pouvant affecter le malade lui-même et sa famille.

Les coûts sont répartis en trois groupes : les coûts hospitaliers, les coûts extrahospitaliers, et les coûts sociaux.

Les coûts hospitaliers représentent l’ensemble des coûts directement imputables à l’infection nosocomiale additionnés des coûts indirects hospitaliers qui agrègent tous les frais généraux supposés proportionnels à la durée de l’hospitalisation.

Les coûts extrahospitaliers concernent les dépenses liées à la consommation médicale à domicile augmentés des frais liés à la réadaptation éventuelle du malade.

Les coûts sociaux sont constitués par un ensemble assez hétérogène difficile à évaluer comme les pertes de salaires, les pertes de production, l’invalidité voire le décès. Un autre aspect de l’analyse économique concerne l’évaluation du coût de la prévention. La mise en place d’un programme de prévention permettant de réduire de 30% en moyenne les infections nosocomiales, coûterait près de 200 000 € par an pour un hôpital de 250 lits…

On peut penser par ailleurs que les infections nosocomiales peuvent altérer la confiance des patients en notre système sanitaire et ainsi majorer leurs angoisses ou leurs craintes au cours de leurs hospitalisations.

1.2) L’hygiène hospitalière

Après avoir traité le problème de santé publique que sont les infections nosocomiales, nous allons nous intéresser maintenant à sa principale prévention, l’hygiène hospitalière. Elle prend en compte l’ensemble des aspects cliniques, microbiologiques et épidémiologiques des infections mais également l’organisation des soins, la maintenance des équipements hospitaliers, la gestion de l’environnement, la protection du personnel. Elle constitue un indicateur de qualité des soins et de sécurité.


En voici quelques règles de base.

a) Le lavage des mains

Lavage simple des mains :

L’objectif est de prévenir la transmission manuportée et éliminer la flore transitoire

Indications :

Pour le malade :
Acte associé aux soins de confort et à l’hôtellerie
A la prise de service
Après chaque geste contaminant et avant chaque activité ou soin au malade : .lors des soins d’hygiène, de confort et de continuité de la vie .soins infirmiers non invasifs

Pour le soignant :

A la prise de service et le quittant
Après tout geste de la vie courante

Lavage antiseptique des mains :

Les objectifs sont d’éliminer la flore transitoire et de diminuer la flore commensale

Indications :

Geste invasif et mise en oeuvre de techniques d’isolement septique ou aseptique - Soin ou technique aseptique (exemples : sondage urinaire, cathétérisme périphérique)

Lavage chirurgical des mains :

Les objectifs sont d’éliminer la flore transitoire et de réduire la flore commensale de façon significative.

Indications :

Acte à haut risque infectieux en service de soin nécessitant une technique chirurgicale (pose d’un dispositif invasif. Exemples : cathétérisme central, ponction lombaire.)
Acte chirurgical : en blocs opératoires, services de radiologie interventionnelle et autres services d’investigation ; en secteurs fermés et tout secteur protégé (service de brûlés, d’hématologie, de réanimation) Solution hydro alcoolique : Elle permet une antisepsie rapide et fréquente des mains, à tout moment, en l’absence de point d’eau. Elle ne remplace pas le lavage des mains avec un savon, antiseptique ou non, lorsque celles-ci sont souillées ou poudrées. Le nombre d’utilisation de cette solution varie selon nos sources (3 à 5 fois).

b) Le port de gants

Il est nécessaire lors de tout contact avec un liquide biologique (sang, urines, …) afin de prévenir le risque infectieux et de protéger le personnel soignant. Le port de gants n’exclut pas le lavage des mains avant et après leur utilisation. Ils doivent être changés entre chaque patient et entre chaque soin.

c) La tenue professionnelle

Elle doit être changée quotidiennement et à chaque fois qu’elle est souillée. Les ongles doivent être courts et sans vernis. Les mains et poignets doivent être nus et les cheveux longs attachés. Toutes ces mesures sont destinées à réduire le risque de transmission des germes car ces endroits favorisent leur « accueil ». Pour la prise des repas, la tenue est remplacée par la tenue de ville afin de la protéger des souillures et limiter les voies de transmission des micro-organismes dont elle est porteuse.

d) Les isolements

Les mesures d’isolement ont pour objectif d’établir des barrières à la transmission des micro-organismes :
d’un patient à un autre patient
d’un patient à une personne soignante
d’une personne soignante à un patient
de l’environnement au patient On distingue les mesures d’isolement septique et les mesures d’isolement protecteur.

Isolement protecteur :

Il est mis en place pour protéger un patient fragile ou immunodéprimé (ex : patients brûlés ou en aplasie médullaire)

Isolement septique :

Il est indiqué à chaque fois qu’un patient est atteint d’une maladie contagieuse ou porteur d’un agent infectieux susceptible de disséminer lors de gestes de soins. Quelques soient les mesures d’isolement, des précautions standards sont requises parmi lesquelles : l’hygiène des mains, le port des gants, la surblouse, les lunettes et/ou masque s’il existe un risque de projection ou d’aérolisation de sang ou tout autre produit d’origine humaine. Parfois, des précautions particulières sont nécessaires en complément des précautions standards. Elles sont définies en fonction de l’agent infectieux (réservoirs, modes de transmission, résistance dans le milieu extérieur…) et de l’infection (localisation, gravité…).

Il existe donc différents types d’isolements septiques :

Isolement respiratoire
Isolement cutané
Isolement entérique
Isolement Bactérie Multi Résistante

Ces précautions peuvent comporter :
l’isolement géographique en chambre individuelle
la limitation des déplacements
un renforcement du lavage des mains
le port de vêtements de protection (gants, surblouse, lunettes, masque)
le renforcement des précautions lors de l’élimination des déchets

e) Elimination des déchets :

Pour prévenir le risque infectieux, les déchets hospitaliers doivent être éliminés selon certaines procédures. • Les sacs noirs sont utilisés pour des déchets assimilables aux ordures ménagères. • Les sacs jaunes sont utilisés pour les déchets d’activité de soins à risque infectieux :
tous les objets ou instruments ayant été en contact avec les patients infectés ou à risque
tous les objets ou instruments souillés par des liquides biologiques
tous les objets ou instruments provenant de la préparation et de l’administration de produits Parmi les sacs plastiques utilisés pour l’élimination des déchets hospitaliers, il n’existe aucune législation officielle concernant le choix des couleurs, cependant, selon les recommandations européennes, les couleurs noir et jaune sont privilégiées. • Les sacs se trouvant dans les chambres des patients sont réservés à leur usage personnel. • les collecteurs pour déchets perforants sont utilisés pour l’élimination de tous les déchets coupants et tranchants (ex : aiguilles, ampoules…).

f) Les antiseptiques

L’antisepsie : Opération au résultat momentané permettant au niveau des tissus vivant dans la limite de leur tolérance, d’éliminer ou de tuer les micro-organismes et/ou d’inactiver les virus.

Un antiseptique : Produit ou procédé utilisé pour l’antisepsie dans les conditions définies.

Les antiseptiques s’utilisent uniquement au niveau des tissus vivants. Ce sont des médicaments. Un bon antiseptique doit être soluble dans l’eau ou l’alcool, être stable dans le temps, avoir un large spectre d’activité, incapacité à induire des résistances, absence d’effets secondaires. Les antiseptiques sont bactériostatiques/cides et/ou virucides et/ou fongicides.

Règles d’utilisation :
Ne s’appliquent que sur une peau propre

A conserver 8 à 10 jours après son ouverture

Ne jamais mélanger 2 gammes d’antiseptiques différentes

Les antiseptiques moussants doivent être rincés après usage

Respecter les flacons d’origine, préférer les uni doses
Vérifier date de péremption

Temps de contact : 1 minute

g) Les désinfectants

La désinfection est une opération au résultat momentané permettant d’éliminer les microorganismes et/ ou d’inactiver les virus portés par les milieux inertes (contrairement aux antiseptiques). Elle s’adresse uniquement au matériel décontaminé et rincé. La décontamination est une opération au résultat momentané permettant d’éliminer les microorganismes. Elle s’adresse uniquement au matériel souillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
IDE
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 269
Réputation : 5

MessageSujet: Re: Hygiène hospitalière et infections nosocomiales   Mar 20 Oct 2009 - 13:26

mErcii pr le partage frère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rimatta
Membre
Membre


Institut/Ville : ifcs de tanger
Nombre de messages : 6
Réputation : 0

MessageSujet: Re: Hygiène hospitalière et infections nosocomiales   Lun 30 Nov 2009 - 10:29

merci scofild pour les infos.[/img]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
knightlogs
modérateur
modérateur
avatar

Institut/Ville : IFCS Ouarzazate
Masculin
Nombre de messages : 243
Age : 28
Localisation : : Ouarzazate
Emploi/loisirs : : Infirmier Diplomé d'Etat 2éme grade, CHU Ibn Sina, Hopital avicenne, Service de réanimation Médicale et Toxicologie clinique
Réputation : 21

MessageSujet: Re: Hygiène hospitalière et infections nosocomiales   Dim 27 Déc 2009 - 8:26

Merci bcp abdelhadi pr le partage des info c tres interessant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hygiène hospitalière et infections nosocomiales   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hygiène hospitalière et infections nosocomiales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tri et conditionnement des déchets hospitaliers : Beaucoup reste à faire
» l'hygiène naturelle infantile
» Tisane contre les infections
» Hygiène de vie
» Hygiène dentaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Espace de la Profession Infirmière et des étudiants en Soins Infirmiers :: Cours Théoriques :: Infirmier Polyvalent :: Hygiène et prévention-
Sauter vers: